≡ Menu

Critiques de livres et comptes rendus en francais

Une note sur les rééditions internationales

Chocolates for Breakfast a été réédité en France par éditions NIL, avec une traduction du texte integral qui n’a pas été disponible en Europe depuis 1956; jusqu’à présent, la plupart des éditions européennes seront basé sur une version fort modifiée du roman , la nouvelle édition française.) En Italie, une traduction également restauré, avec une préface par l’écrivain et critique Elisabetta Rasy, seront publiés en Septembre par Mondadori sous leur nouvelle empreinte littéraire »Meridiani.» Et au Royaume-Uni, Chocolates for Breakfast a été réédité en Juin par Harper 360.

 


Le Parisien Magazine
Notre coup de cœur livre

Rédigé d’une traite par une jeune romancière américaine de 18 ans, Chocolates for Breakfast connut un succès immédiat, mais sulfureux. A sa parution en France, en 1956, on le compara au Bonjour tristesse de Françoise Sagan, publié deux ans plus tôt par Julliard, le même éditeur. Même désillusion de la jeunesse, même profil de romancière, même éveil aux sentiments, même fraîcheur d’écriture.

Lire l’article en format PDF

 


Vanity Fair France

Livres: Fanfare

Jouir sans épaves n’est pas sans risques, comme l’apprend a ses depens la jeune heroine de Chocolates for Breakfast . . . un livre subtil et desenchanté qui n’a rien perdu de son aura sulfureuse.

Lire l’article en format PDF

 


Le Figaro Littéraire
La littérature dans le rétro,

(concernant La Cloche de Detresse de Sylvia Plath, Le Lys De Brooklyn de Betty Smith, et Chocolates for Breakfast)

Le retro est a la mode.  Difficile d’y echapper. Si la mode et le design ont été les premiers a réenvestir des modeles cultes, l’edition se tourne, elle aussi, vers le passée pour y (re) decouvrir l’édition se tourne, elle aussi, vers le passé pour y piocher quèlques pépites littéraires a (re)decouvrir. Sous leurs couvertures empruntant leurs codes esthétiques aux annees 1950-1960, les exemplaires semblent tout droit sortis des bibliothèques d’après guerre. Le best-seller des annees 1950 passe de mode trouve ainsi une seconde jeunesse en librairie a côte de curiosités littéraires au charme désuet.

«Le « Bonjour tristesse » américain», proclame la quatrième de couverture de Chocolates forBreakfast …. À l’époque, l’éditeur René Julliard avait repéré cette jeune auteur américaine, représentante d’une jeunesse gâtée, instruite mais mélancolique, l’invitant à Paris. L’héroïne de PamelaMoore, Courtney,  . . . promène son spleen entre Park Avenue, à New York, et les boulevards de Hollywood, où sa mère est une actrice de seconde zone. «Il  n’y a passi longtemps, on aurait trouvé choquant de voir des jeunes filles lire des livres que dorénavant elles écrivent», écrivit le New York Times à sa sortie. Le livre s ‘envola. . . .

S’ils plaisent au public, ravi de découvrir des textes d’époque, ces jolis livres, généralement de bonne facture, sont également mis en avant par les libraires. Comme si brusquement la chasse à la nouveauté qui est la plaie de l’édition contemporaine était mise entre parenthèses. On ralentit la course du temps, on regarde vers le passé avec nostalgie, un passé où les romans paraissent peut-être plus élégants, plus chics.

Lire l’article en format PDF

 


Elle Magazine France
A quoi revent les jeunes filles.. .

Lumineux comme l’enfance, risques comme une initiation, trois romans nous attirent en dcs mondes de merveilles et de menaces,où le personnage de la jeune fille se débat pour grandir.  . / . . A 15 ans, Courtnev sait embrasser les hommes mûrs et enchaîner les alcools forts au réveil sans rien abandonner de son dandysme. A Hollywood, puis à New York dans les fifties, les jeunes gens post-fitzgeraldiens,issus des classes aisées ou bohèmes, se jettent dans la mondanité et l’alcoolisme. Les parents ne donnent plus le bon exemple. Perdre sa virginité n’est plus un drame, mais sauver sa réputation est essentiel. Pamela Moore écrit«Chocolatés for Breakfast » à 18 ans, en1956, et on sent bien qu’elle voudrait sauver son héroïne, à défaut de se sauver elle-même des dangers d’une liberté inédite. Pamela Moore se suicide à 26 ans, tandis que son roman continue, près de soixante ans plus tard, d’enflammer notre imagination.

Lire  PDF

 


Livres Hebdo
Breakfast at Courtney’s

. . . épuisé depuis belle lurette, le roman de Pamela Moore revoit le jour chez Nil dans une traduction d’époque des plus kitsches, Ce qui n’empêche pas de prendre plaisir à suivre les aventures de Courtney Farell. L’héroïne de Pamela Moore a 15 ans. Elle est pensionnaire dans un collège où elle lit, non sans mal, Finnegans Wake de Joyce. Sa il compagne de chambre, Janet Parker, planque du whisky dans un flacon de parfum et parade nue devant elle en s’avouant « épouvantablement sensuelle. »

View PDF

 


Femina Magazine (Switzerland)

It’s easy to see why this novel had everyone talking about it: the author depicts, without taboo, the challenges of growing up.  For Pamela Moore the transition proved impossible: she committed suicide at the age of 26, leaving behind this timeless cult classic.

View PDF

Et  un conte rendu anterieur  dans la meme magazine:

. . . these vintage books  have kept all their flavor and relevance despite the lapse of time. We savor them for their reassuring quality, the sociological portrait of a time long gone and sorely missed, and of course, the grace of its prose, whose charm is of a certain age, but not outdated.

 


Telematin
http://www.france2.fr/emissions/telematin/culture/axtu-livres_236729

Radio / Television Suisse
http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vertigo/5914684-livre-pamela-moore-chocolates-for-breakfast-23-06-2014.html

Le Parisien
http://m.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/c-etait-la-sagan-americaine-19-05-2014-3851617.php

Le Sud-Ouest
http://www.sudouest.fr/2014/05/18/adieu-fraicheur-1558400-4692.php

 

Pour partager cette page sur vos réseaux sociaux:

{ 0 comments… add one }

Leave a Comment